Raphaël Jacquelin

ARTISAN DU VIVANT

La ligne directrice qui a animé mon expérience depuis la naissance est une quête d’Absolu. Aussi loin que remonte la perception, elle a toujours été profondément imprégnée par cet appel incommensurable et intemporel, dans la certitude que ce que je vivais ne répondait pas à ce que je portais au fond de mon être.

J’avais 19 ans quand j’ai rencontré Arnaud Desjardins dans son ashram à Hauteville, en France. Ce fut une première révélation venue acter ma dimension spirituelle. Je reconnaissais enfin ce qui sous-tendait la quête de sens insatiable qui m’animait jusque là sans pouvoir la nommer ni la vivre autrement que dans une profonde solitude. 

J’y suis revenu à plusieurs reprises lors de séjours au cours des 10 années suivantes. Je m’y suis imprégné du rayonnement d’Arnaud et de son enseignement, de la dimension du lieu mais aussi des rencontres avec les proches collaborateurs d’Arnaud et ses invités lors d’évènements particuliers.

Durant cette période j’ai aussi fait l’incroyable connaissance d’une jeune sage indienne qui commençait tout juste ses visites en France, Amma (Mata Amritanandamayi). Ses darshans de plusieurs jours ont été de véritables bénédictions.

La vie dans toute sa diversité a servi ensuite de terrain d’expérimentation pour ancrer le regard dans la direction qu’Arnaud Desjardins, Christiane Singer ou encore Yvan Amar, pour ne citer qu’eux, me montraient. Malgré cela, l’appel qui me brulait de l’intérieur manquait de réponse.

C’est en 2013 que s’est révélée la reconnaissance profonde de ma dimension d’Être. Elle a eu lieu par l’intermédiaire d’un travail de groupe d’une nature un peu particulière. Ce fut un bouleversent profond, le sentiment d’habiter ma présence.
Il s’est opéré un changement de point de vue, un Regard qui a profondément transformé mon appréhension des choses.

Par un retour à Soi, une pratique consciencieuse et intime, je me suis approprié une manière d’oeuvrer intérieurement. Soutenu par le discernement qui découle de ce travail de groupe, j’ai compris l’importance de reconnaître par l’expérience la nature du Soi que nous sommes. Cette expérience fondamentale répondait à l’immense difficulté de sortir de l’identification de qui nous croyons être. 

C’est là que j’ai reconnu l’évidence de l’approche directe que propose l’enseignement de Ramana Maharshi.

Dans la continuité du cheminement, cet état présence est devenu le fondement de mon expérience ici et maintenant. La pratique a laissé place à la subtilité du retournement, un savoir Être issu de ma propre expérience.

L’instant qui se présente est un miracle, m’invitant infiniment à une plongée au coeur du Mystère.

Je me sens “Artisan du vivant”, car ce n’est pas dans les livres que j’ai puisé une connaissance, mais bien au coeur du vivant que j’ai toujours senti l’urgence de reconnaitre la véritable nature de l’expérience d’Être.

La vie est devenue une invitation permanente à découvrir l’état d’Amour que nous sommes, et la relation que j’entretiens avec les personnes que j’accompagne en est un précieux témoignages.  

Arnaud Desjardins

Arnaud Desjardins

Amma

Amma

Swami Prajnapad

Swami Prajnanpad

Christiane Singer

Christiane Singer

Ramana Maharshi

Ramana Maharshi

Georges Gurdjieff

Georges Gurdjieff

Mâ Ananda Moyî

Mâ Ananda Moyi

Yvan Amar

Yvan Amar

Daniel Morin

Daniel Morin

Swami Ramdas

Swami Ramdas

À LA RECHERCHE DU SOI

De quoi parle-t-on ? Qu’est-ce qui m’anime au coeur de cette recherche ? Qu’est-ce que je veux vraiment vivre ? Qu’est-ce qui découle de cette interrogation intime, là, maintenant ?
Il me semble avant tout important de reconnaître la nature de l’appel que nous portons au plus profond de nous-même. Me rappeler à ce que Je suis venu Vivre.

Nous sommes la réponse à ce que nous cherchons. “Être”, est la réponse à cette recherche. C’est bien cela dont il s’agit : Le Soi, c’est Être, c’est l’Expérience. C’est la réponse fondamentale à la quête de bonheur que nous portons tous. 

Ceci étant, toute la subtilité est d’en faire la Connaissance. Car si nous le comprenons intellectuellement, nous ne pouvons que nous en faire une représentation tant que l’expérience réelle ne s’est pas révélée. Et tant que cela n’a pas eu lieu, nous ne faisons l’expérience que de l’idée de nous-même et du monde. 

Alors comment fait-on ? Comment fait-on pour reconnaître cet état de paix et de bonheur enseignés par les voies spirituelles dignes de ce nom ?

Car la réponse ne se trouve pas dans la recherche d’un affranchissement de toutes les difficultés intérieures et relatives à ce monde manifesté. Il ne s’agirait là que d’un nouvel évitement d’une vie qui ne nous convient pas. L’investissement dans le changement de notre manière de vivre est bien plus profond.

Tout ce qui se présente à nous est le miroir réfléchi de notre Soi qui s’appelle lui-même par l’expérience. C’est notre façon erronée d’appréhender l’expérience qui génère la souffrance, laquelle trouve sa source dans le refus de la réalité de ce que nous vivons. Nous résistons à ce qui Est, et nous nous attachons à ce qui devrait être ou à ce qui aurait dû être. De là se crée une impossibilité qui perpétue la séparation d’avec Qui nous sommes, un évitement certain à reconnaître notre véritable nature ici et maintenant, nature de pur Amour.

Ce qui m’a intéressé au plus près de mon expérience, c’est le sens profond que porte le refus. Nous sommes la conscience faisant l’expérience d’elle-même, rien n’est séparé de cela. Et pourtant l’énergie consacrée à tenter de repousser l’inévitable est considérable. Alors comment peut se construire une telle opposition à l’évidence de la vie telle qu’elle est ?

C’est la clé de voute de la voie proposée ici. Découvrir le lien intime entre tout ce qui me constitue, à tous niveaux. Découvrir ce que porte de si intime cette façon de fonctionner dans la survie. Découvrir la manière dont cette réaction vient me parler de Qui je suis. Que tout ne parle que de mon désir d’Être.

Découvrir le Mystère de moi-même qui se dévoile  dans une plongée au coeur de l’instant tel qu’il Est, Maintenant. 

Découvrir que chaque expérience est en réalité une nouvelle proposition pour entrer plus profondément dans la connaissance de Soi.

C’est une bascule profonde de point de vue, une mise en mouvement de l’union et non de la séparation avec ce qui Est. 

C’est l’invitation au Oui, à être la Conscience, à être Amour. Rien de plus, rien de moins. Seulement et pleinement cela.

Lorsque se découvre l’Expérience du Soi, on ne peut plus que répondre et servir cette Evidence.

Vous trouverez sur ce site l’accompagnement que je propose sous différentes formes, des évènements en ce sens, et une rubrique Ressource incluant des méditations, des vidéos, quelques témoignages ainsi que des articles.

« Ainsi ne s’agit-il que de Vivre ce qui nous Rencontre.

Une Force secrète coule en permanence. Rejoins-la !

Il n’y a plus rien qui ne soit l’Essentiel … »

– Christiane Singer –

«Si vous pouvez développer la beauté intérieure et l’installer dans ce temple glorieux qu’est votre coeur, vous serez capable de percevoir la beauté en tout.»

– Mâ Ananda Moyî –

«Vous avez peur de vivre parce que vivre c’est prendre le risque de souffrir.»

– Arnaud Desjardins –

«On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux.»

– Antoine de Saint-Exupéry –

«Au fond je viens seulement vous apporter cette bonne nouvelle : de l’autre côté du pire t’attend l’Amour. Il n’y a en vérité rien à craindre.»

– Christiane Singer –

« Lâcher prise,  ce n’est pas lâcher le tenu, mais s’absenter en tant que tenant.»

– Daniel Morin –

«Vous pensez que vous voyez et vous ne voyez pas que vous pensez

– Swâmi Prajnânpad –

«Le cosmos tout entier est contenu dans un petit point minuscule qui se trouve dans le Coeur… quand vous pénétrez réellement dans le Coeur, il n’a plus ni centre ni circonférence ; il est partout.»

– Sri Ramana Maharshi –

«Personne ne peut nous sauver, à part nous-mêmes… Personne ne peut et personne ne le fera pour nous…

Nous devons nous-mêmes marcher dans notre propre voie.»

– Bouddha –

«Vivre, c’est vivre sans pourquoi»

– Alexandre Jollien –